Le récit d’un stage à l’OIDEL

At the time when our two interns from OIDEL finish their experience, they present their activities, shared between following international conferences at the United Nations, research works at the office and organization of Collège Universitaire Henry Dunant formations. A multi-tasking experience which taught them a lot.

Esta es la historia de dos becarios a punto de terminar con su experiencia OIDEL comparten su experiencia, las actividades que han realizado, el seguimiento de conferencias internacionales, las tareas de investigación en la oficina y la organización de las formaciones del Collège Universitaire Henry Dunant. Una experiencia multi task que quieren compartir con vosotros.

A l’heure de terminer leur stage à l’OIDEL, nos deux stagiaires présentent leur récente expérience, partagée entre le suivi de conférences internationales aux Nations Unies, travaux de recherche au bureau et organisation des formations au Collège Universitaire Henry Dunant. Une expérience « multi-task » qui leur a beaucoup appris.

 

L’aventure de deux stagiaires à l’OIDEL, Virginie et Flavio, a débuté le 14 septembre, jour du début de la 30ème session du Conseil des droits de l’homme. A peine arrivés, nous sommes tout de suite catapultés dans le monde international des Nations Unies.
Entrer dans cette enceinte symbolique est toujours une expérience impressionnante, étant donné l’importance de l’Histoire qui a façonné ces lieux. Les premières semaines du stage se sont donc déroulées avec le suivi de ces grandes réunions internationales, tout en rédigeant des articles pour en informer nos lecteurs. Néanmoins, à quoi ressemble une journée typique aux Nations Unies ? En réalité, ce n’est pas aussi effrayant que cela. Une journée typique se compose de longs débats, de plusieurs cafés nécessaires à la concentration et de nombreuses rencontres internationales et multiculturelles.

A cela s’est ensuivie la vie au bureau. C’est au sein d’une équipe familiale et chaleureuse que nous avons passé beaucoup de temps et énormément appris ; une ambiance qui favorise un épanouissement serein et productif. En effet, nous avons pu participer à la rédaction d’un grand nombre de documents et publications de l’OIDEL, ainsi que d’intéressantes recherches pour des projets futurs. Même si le travail demandé n’était peut-être pas toujours créatif, comme par exemple vérifier l’orthographe ou la mise en page d’un document, nous nous sommes rendu compte de l’importance de toutes ces tâches une fois le travail terminé, constatant la très bonne qualité finale du document. Flavio, qui fait son stage dans le cadre d’un Master à l’Université de Bergame (Chaire UNESCO), a particulièrement apprécié présenter les activités des quatre dernières années du Spécial Rapporteur sur le droit à l’éducation, en y apportant aussi la répartition graphique des domaines d’activités ; et Virginie a beaucoup aimé étudier la Déclaration d’Incheon pour l’Education 2030, en mettant en évidence le rôle de la société civile dans ce programme d’action. Toutefois, pour tout ce travail, il ne fallait pas oublier de prendre des forces, mais cela n’était pas un problème avec l’équipe de l’OIDEL qui ne laissait jamais le frigo vide.

Une autre partie conséquente du stage consistait à aider dans l’organisation d’une formation en novembre, du Collège Universitaire Henry Dunant. Ce Collège offre des formations spécialisées sur l’effectivité des droits économiques, sociaux et culturels, adressées aux divers acteurs de la société provenant de multiples régions géographiques. Nous avons donc suivi une de ces formations, en contribuant à sa mise en place et au bon déroulement durant la semaine, ainsi qu’en résolvant dans la bonne humeur des petits détails tels que retards ou encore badges oubliés. Cette expérience était donc très enrichissante, autant du point de vue des cours suivis que des nombreux échanges multiculturels avec les participants.

Notre expérience peut donc être résumée en un terme : multi-tasking. Cela signifie d’abord s’adapter à divers contextes, avec donc aussi une attention aux langues étrangères. C’est aussi s’engager de manière active dans plusieurs projets, ainsi que savoir maîtriser la partie théorique des fondements des droits de l’homme et son application pratique dans les publications et analyses. Il s’agit encore du travail d’équipe au bureau, ainsi que de la coopération entre les divers acteurs du milieu international. C’est également comprendre ce milieu, pour prendre conscience du rôle et de la nécessité du travail d’une ONG comme l’OIDEL, pour la réalisation des droits de l’homme. Enfin, c’est l’heureux sentiment d’y avoir personnellement contribué.

 

WIN_20150916_100647

Flavio Leoni et Virginie Pache

 

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s