Human Rights Council – 24th session of the Universal Periodic Review Working Group

Del 18 al 29 de enero, tuvo lugar la 24° Grupo de Trabajo del Examen Periódico Universal del Consejo de Derechos Humanos. Durante estos días 14 estados fueron objeto de examen por sus políticas en pro y contra los derechos humanos. Entre los muchos temas discutidos podemos destacar el derecho a la educación para todos y sin discriminación y el derecho a la calidad de educación como herramienta para el desarrollo de la sociedad.

Du 18 au 29 janvier 2016 a eu lieu la XXIVème session du Groupe de Travail de l’Examen Périodique Universel du Conseil des Droits de l’Homme au Palais des Nations à Genève. Cette session a examiné en tout 14 pays, dont quatre Pays d’Europe (Belgique, Danemark, Estonie, Lettonie), cinq pays d’Afrique (Mozambique, Namibie, Niger, Sierra Leone, Somalie), deux pays d’Asie (Seychelles, Singapour), deux pays d’Océanie (Iles Salomon, Palau) et un Pays d’Amérique du sud (Paraguay).

Dans cet article, nous nous penchons principalement sur la question du droit à l’éducation sans discrimination et l’accès à l’éducation comme un moyen de développement pour la société.

UPR-SINGAPOURLors de cette session, de nombreux États n’ont pas mentionné –dans leur rapport-directement ou indirectement le droit à l’éducation comme un droit humain fondamental à protéger et préserver dans leur Pays.

Les États qui, au contraire, ont mentionné le droit à l’éducation -souvent les États avec un niveau élevé de qualité de vie – ont souligné que l’accès aux études est accordé à tous, mais surtout que l’éducation est un moyen de développer la société, et donc fondamental pour garantir l’intégration des minorités.

Des recommandations très précises ont été faites à ces 14 pays, les aspects le plus importants sont donnés ci-dessous.

Concernant la Namibie, 10 États ont exprimé la nécessité d’augmenter les coûts de l’investissement pour l’éducation afin de rehausser la qualité de vie de la société d’un point de vue économique et social. Cette théorie a été bien accueillie par la délégation namibienne qui a tout de même souligné le fait de devoir faire face à des fonds de revenus limités de la Nation.

Concernant le Mozambique, 20 Etats ont demandé la ratification du Pacte des Droits Economiques, Sociaux et Culturels pour assurer le droit à l’éducation sans discrimination, par exemple, pour assurer l’accès à l’éducation des personnes albinos.

Pour le Paraguay, 19 États ont fait des recommandations concernant le droit à l’éducation sans discrimination pour les peuples autochtones. L’Etat doit leur garantir et faciliter l’accès aux installations scolaires pour une meilleure intégration dans la société.

La Belgique, le Danemark, l’Estonie et la Lettonie ont été invités à développer des projets étatiques visant à l’intégration des minorités étrangères dans la société multi-ethnique européenne, étant donné le nombre élevé de migrants qui sont arrivés au cours des dernières années dans ces quatre Pays.

Pour le Sierra Leone, 23 Pays ont demandé d’assurer l’accès à l’éducation pour les femmes et les personnes handicapées, afin d’assurer un relance économique, culturelle et sociale de l’Etat sur la scène internationale.

Malgré les bonnes intentions et les efforts de tous les États dans le cadre de l’Examen Périodique Universel et malgré la participation des Etats dans la formulation des recommandations, il reste évident qu’il y a des différences entre les Pays. Différences directement liées à leur passé et à leur présent d’un point de vue historique, économique, politique et sociale et qui relèvent de la protection des droits de l’homme.

La voie à suivre pour la meilleure protection des droits humains est déjà tracée, il est maintenant à l’homme (et aux Etats) de la suivre.

En conclusion, il est évident que la culture et l’éducation sont les meilleurs moyens de rassembler les gens sans aucune discrimination et qui permettent de rendre les hommes égaux sans distinction de genre, conditions personnelles, sociales ou d’origine. Ainsi, tous les efforts possibles pour la reconnaissance du droit à l’éducation doivent être mis en œuvre.

 

Dario Evangelista

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s