Colloque Paris 1 Panthéon-Sorbonne. « L’éducation : un droit culturel » Repenser l’éducation au XXIème siècle ?

sorbonne_page_accueil.jpgL’UNESCO travaille actuellement sur une nouvelle version du rapport Faure intitulé « Apprendre à être » (1972) et le rapport Delors (1996) qui  a pour joli titre également : « L’éducation : un trésor est caché dedans ».  Mr le Président connaît parfaitement ces deux ouvrages en tant qu’ancien Directeur à l’UNESCO. Il a poursuivi sur cette intéressante lancée en coordonnant la publication en 2015 de l’ouvrage « Repenser l’éducation ». Il était en effet important d’actualiser la réflexion sur la conceptualisation dans un monde en pleine évolution, diversifié et interconnecté. Georges Haddad affirme l’idée de façon très claire que l’éducation est non seulement un bien public mais encore et surtout un bien commun, qui profite à tous.

La crise du système éducatif ne viendrait-elle pas en effet d’une mauvaise conception de l’éducation ou bien du fait que l’éducation telle qu’elle est conçue et pratiquée ne prendrait pas suffisamment en compte la part culturelle de tout individu ? Il existerait une tendance à concevoir l’enfant comme un être isolé, un individu dont on néglige toute la partie relationnelle de la personne humaine et le détachant de son histoire, de la communauté dans laquelle il est né et a grandi et le monde dans lequel il va être partie prenante ensuite. Or, l’être humain doit être vu dans sa globalité.

Ne nous y trompons pas, regardons l’essentiel.  Comme le disait Kant, « L’éducation est le problème le plus grand et le plus ardu qui nous puisse être proposé. » (Kant , E. 1919, p.46). Lorsque nous parlons d’éducation, nous sommes dans les domaines des droits à être quelqu’un, dans le domaine de l’identité et non seulement des droits à posséder des biens culturels. C’est pour cette raison que Faure (1972)  et Delors (1996) insistent sur l’éducation comme « apprendre à être ».

Le sujet, chaque être humain, n’est pas une identité isolée, une île, il construit son identité par la culture, mode d’être de l’homme. L’être humain, sujet relationnel, « solitaire et solidaire » (Victor Hugo), est un « dedans qui a besoin du dehors » (E. Mounier). Pour cette raison, il faut garantir « à tous les citoyens un accès égal au contexte culturel, aux rapports interpersonnels et aux traditions, dans la mesure où ils sont nécessaires pour leur développement et renforcement de l’identité personnelle » (J. Habermas, 2013).

Dans les locaux de cette magnifique Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne, nous souhaitons réunir un groupe d’experts venant de différents horizons, pour réfléchir ensemble sur la façon dont l’éducation en tant que droit culturel doit s’articuler au sein de sociétés démocratiques et respectueuses des droits de l’homme.

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s