93th Council of the OIEC:

Last week OIDEL participated in the OIEC Council in Beirut. OIEC – Catholic International Education Office. OIEC is the entity that represents Catholic Education around the world, around the 70% of non-governmental schools are catholic.

The Council of the OIEC was from Thursday 27th until Saturday 29th April. Many issues were discussed but we would like to highlight the presentation of the new OIEC representation around the International Organizations.

Additionally, OIDEL made a presentation on “Education 2030: The role of civil society”. The presentation was an occasion to present the new challenges of the international community and to show the role of Catholic Education in the implementation of the new agenda. Moreover, OIDEL took the opportunity to show how Catholic Education can improve the realization of the right to education in other UN mechanisms.

Among the events OIDEL take part we can highlight the participation of two other events. One was an audience with the President of Lebanon Michel Aoun, in the Baabda Palace. The other one was the participation on a conference on the importance of the TIC for the realization of the right to education. Conference organized by the Lebanese Catholic Education and the Ministry of Education of Lebanon.

The whole trip was a wonderful experience and we look forward that OIDEL can play an important role in this new phase of the OIEC, and we also look forward to contribute with all the regions and countries that are part of it.

 

Ignasi Grau

Human Rights Council: Third Phase of World Program of Human Rights Education

We would like, first of all, to thank the Member States, and particularly the Platform for Human Rights Education and Training[2], for their participation in the high-level panel discussion that took place in September on the occasion of the 5th anniversary of the UN Declaration on Human Rights Education and Training. The World Programme for Human Rights Education is an essential tool for implementing the UN Declaration, by providing a concrete framework for action and by strengthening partnerships and cooperation at all levels.

We are in the Third Phase of the World Programme (2015-2019)[3], which aims to promote social inclusion of marginalised groups; foster interreligious and intercultural dialogue; and combat stereotypes and violence, with a particular emphasis on the role of journalists and other media professionals.

The Office of the United Nations High Commissioner for Human Rights (OHCHR) has recently invited all Member States and National Human Rights Institutions to submit information on national implementation of the third phase of the World Programme. We urge all Member States to contribute their national feedback, due on 18 April.

Human rights education is a sustainable approach to dressages the root causes of any human rights violations, concerning all people, and is key to achieving the Sustainable Development Goals.

Human Rights Education requires the involvement of all relevant actors, including the participation of civil society at all stages of the policy-making processes.

In this spirit, the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning is co-organizing an exhibition on Human Rights Education with SGI and HRE2020[4], with thanks to the OHCHR. You are most welcome to visit.

Claire de Lavernette

[1] This statement reflects views of NGOs expressed in the discussions of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning of the NGO Human Rights Committee of Conference of NGOs (CoNGO). http://ngowghrelgva.wordpress.com
INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR THE RIGHT TO EDUCATION AND FREEDOM OF EDUCATION /ASIA-PACIFIC HUMAN RIGHTS INFORMATION CENTER (HURIGHTS OSAKA)/ASSOCIATION POINTS-COEUR/ASSOCIAZIONE COMUNITA PAPA GIOVANNI XXIII/COMPANY OF THE DAUGHTERS OF CHARITY OF ST VINCENT DE PAUL/Equitas – International Centre for Human Rights Education/FOUNDATION FOR GAIA/GLOBAL ECO-VILLAGE NETWORK (GEN)/GRADUATE WOMEN INTERNATIONAL (GWI)/INSTITUTE FOR DEVELOPMENT AND HUMAN RIGHTS (IDDH)/INTERNATIONAL ASSOCIATION FOR RELIGIOUS FREEDOM (IARF)/INTERNATIONAL CATHOLIC CHILD BUREAU (ICCB/BICE)/INTERNATIONAL COUNCIL OF WOMEN (ICW)/INTERNATIONAL MOVEMENT AGAINST ALL FORMS OF DISCRIMINATION AND RACISM (IMADR)/INTERNATIONAL ORGANIZATION FOR THE ELIMINATION OF ALL FORMS OF RACIAL DISCRIMINATION (EAFORD)/INTERNATIONAL VOLUNTEERISM ASSOCIATION FOR WOMEN EDUCATION DEVELOPMENT (VIDES)/ISTITUTO INTERNAZIONALE MARIA AUSILIATRICE DELLE SALESIANE DE DON BOSCO (IIMA)/KENNEDY CENTER FOR INTERNATIONAL STUDIES/LAZARUS UNION/ONG HOPE INTERNATIONAL/PLANETARY ASSOCIATION FOR CLEAN ENERGY (PACE)/SOKA GAKKAI INTERNATIONAL (SGI)/SOROPTIMIST INTERNATIONAL/SOVEREIGN MILITARY ORDER OF THE TEMPLE OF JERUSALEM (OSMTH)/TERESIAN ASSOCIATION
[2] Brazil, Costa Rica, Italy, Morocco, the Philippines, Senegal, Slovenia, Switzerland and Thailand
[3] A/HRC/27/28 (4 August 2014), “Plan of Action for the third phase (2015–2019) of the World Programme for Human Rights Education”.
[4] Global Coalition for Human Rights Education, www.hre2020.org

 

 

Presentación del informe del Alto Comisionado de Derechos Humanos sobre los desarrollos en derechos humanos:

El Alto Comisionado de Derechos Humanos presentó su informe anual el pasado 8 de marzo, celebración del Día Internacional de la Mujer, durante el Consejo de Derechos Humanos. Zeid Ra’ad Al Hussein señaló como los derechos de la mujer han aumentado en todo el mundo especialmente el derecho a la educación, al trabajo y el voto.

El informe presentó las tendencias negativas en varios países contrarias a los derechos humanos, entre ellas la creciente crisis de los refugiados y el incremento de la violencia extrema y los grupos terroristas. Citó igualmente  situaciones alarmantes en lo relativo a los derechos humanos en varios países como la escalada de operaciones violentas contra las minorías Rohingya en Myanmar que se han materializado en matanzas masivas, incluidas  de niños y mujeres, así como el abandono del país de miles de refugiados. Otro episodio de gran brutalidad contra los derecho humanos es la campaña  anti-droga llevada a cabo por el gobierne de Duterte, que ya se ha cobrado más de 7000 muertes.   El informe menciona poco el derecho a la educación y los derechos económicos sociales, económicos y culturales.

No todo son malas noticias en el informe. Una buena noticia señalada por el Alto Comisionado son los esfuerzos realizados por el gobierno chino en los últimos 30 años para mejorar el sistema de salud pública, la educación de calidad y la protección de la gente mayor.

Para ver las reacciones por parte de las misiones diplomáticas se puede revisar aquí: http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=21331&LangID=E

Para leer el informe entero clica aquí: http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=21336&LangID=E

 

Ignasi Grau

Transforming lives: The power of human rights education

This is the title of a beautiful exhibition on human rights education, which was launched on 6 March and which is taking place until 17 March at the Palais des Nations in Geneva, in parallel to the 34th session of the Human Rights Council. You are all welcome to visit!
The exhibition reiterates the vital role of human rights education and training in the promotion of dignity, equality and peace and in the prevention of human rights violations and abuses. It examines what human rights education is, and its impact on the increasingly challenging world in which we live. It also offers inspiration and hope for individuals to engage and take action.
This exhibition is co-organized by the NGO Working Group on Human Rights Education chaired by OIDEL, together with Soka Gakkai International and HRE 2020, Global Coalition for Human Rights Education.
Claire de Lavernette

 

 

L’autonomie des écoles et la liberté d’enseignement

Beaucoup d’États ayant procédé à de profondes mutations de leur système éducatif l’ont fait dans le sens d’une plus grande responsabilisation des acteurs de l’éducation et d’une diminution des pouvoirs d’intervention de l’État central.

Cette tendance se fait d’abord au sein même de l’école publique. Le degré des décentralisations et d’octroi d’autonomie varie d’une simple orientation générale, comme en France, jusqu’à un radical transfert des pouvoirs décisionnels de l’État central vers les autorités locales et les chefs d’établissement, au Danemark ou en Finlande par exemple.

Cette décentralisation a aussi pour effet de conférer aux parents d’élèves de plus larges possibilités de choix. Quelles sont les raisons d’une telle évolution, sachant que subsiste, dans la très grande majorité des pays, une volonté farouche de contrôler la prestation éducative à un niveau national? Nous identifions quatre raisons : 1) la pression des  normes  internationales, 2) l’impératif de la qualité, 3) la question de la gouvernance et 4) l’émergence de la société civile.

1). Les dispositions des instruments internationaux relatifs au droit à l’éducation constituent sans doute un élément de réponse. Ils établissent clairement le droit des parents d’être reconnus comme les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants ainsi que leur droit de choisir le type d’établissement scolaire en fonction de leurs options philosophiques ou religieuses, les critères ayant été heureusement étendus aux choix pédagogiques par la Charte européenne des droits fondamentaux

Cette perspective conduit nécessairement les États à adapter leur législation interne dans le sens d’une responsabilisation des acteurs de l’éducation, essentiellement ici les parents d’élèves. Les mêmes instruments internationaux, nous l’avons vu, situent clairement les objectifs de l’éducation au niveau de l’épanouissement personnel des potentialités de chaque élève.

2). Dans la plupart des pays se pose de manière brûlante la question de la qualité et de l’efficacité pédagogique et éducative de l’école. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, et bien d’autres facteurs ne sont que difficilement pris en compte dans l’évolution des systèmes scolaires qui peinent à  suivre le rythme

Par ailleurs, il est une autre réalité toujours davantage prise en compte aujourd’hui : la nécessité pour l’école de former des « citoyens » à part entière. Tout le monde s’accorde aujourd’hui sur le fait qu’une telle formation théorique ne peut déployer ses effets démocratiques que dans un contexte où la participation et la responsabilité personnelles sont valorisées.

L’efficacité pédagogique et éducative de l’école indépendante, tant au plan de sa capacité d’adaptation aux besoins pédagogiques nouveaux qu’à celui de l’éducation personnelle, est généralement reconnue. Sur le terrain scolaire, le secteur indépendant constitue souvent un « laboratoire » expérimental et innovateur dont profite l’école publique.

3). Outre les problèmes pédagogiques évoqués, les systèmes nationaux d’éducation se trouvent confrontés à des difficultés de gouvernance. Pour reprendre une expression célèbre en France il y a quelques années, les systèmes d’éducation publique deviennent toujours davantage des « mammouths » qu’il s’agit de dégraisser ; l’efficacité de ce régime amaigrissant passe nécessairement par une répartition plus judicieuse des responsabilités. Comme le dit M. Toulemonde dans son ouvrage Et si on tuait le mammouth paru la semaine dernière en France : “Il n’est plus temps de tenter d’agiliser le mammouth… Enterrons-le sans fleurs ni couronnes et engageons-nous dans les voies explorées non seulement par nos voisins mais en France même par l’enseignement supérieur… Donnons l’essentiel du pouvoir aux acteurs locaux par la décentralisation, la déconcentration, l’autonomie des établissements“.

4). Enfin, et c’est peut-être le facteur le plus important, cette évolution des législations éducatives s’inscrit dans le contexte du développement de la société civile. La discussion autour du bipôle classique « public-privé » tend à céder le pas à une réflexion sur la participation et la responsabilité des acteurs issus de la société civile, et ce dans tous les domaines, bien au-delà de la seule question scolaire.

Au-delà des querelles opposant les défenseurs des diverses conceptions de cette société civile et de son champ d’autonomie, on s’accorde généralement à reconnaître que cette société civile, lorsqu’elle agit dans des activités dites « publiques », ne peut être simplement comprise dans les catégories opposant ce qui relève de l’«officiel», de l’«étatique» ou du « gouvernemental » d’une part au « privé » d’autre part.

Trois principes

1. L’État n’intervient pas dans les choix pédagogiques des établissements, sinon pour veiller à la mise en place d’un cadre d’équité et de responsabilité général. Si l’on raisonne à partir du principe de subsidiarité, les parents deviennent manifestement incapables d’assurer seuls le financement de l’école.

2. Les parents et les enseignants sont considérés comme des acteurs responsables de l’enseignement. Cette « confiance » dans le citoyen est un fondement de la démocratie .Le monopole éducatif de l’État repose souvent sur une méfiance explicite ou implicite envers les parents et les enseignants, auxquels le droit – et le devoir – de participation effective aux décisions et aux responsabilités est ainsi nié.

3. Les pouvoirs publics agissent de telle manière que les établissements scolaires puissent, de manière autonome, offrir une prestation pédagogique réellement pluraliste. Ils veillent à la transparence et à la véracité de l’information fournie par les prestataires et mettent en œuvre un système de financement non discriminatoire permettant aux parents de choisir entre divers établissements scolaires.

 

A. Fernandez et I. Grau

Visita de los alumnos de Bell-lloc del Pla

Ayer por segundo año consecutivo organizamos una visita a un grupo de alumnos del Bachillerato Internacional del colegio Bell-lloc del Pla (Girona) al Palacio de Naciones Unidas y a la Ginebra de los Derechos Humanos. Los alumnos realizaron una visita a las diferentes estancias del Palacio de Naciones Unidas y pudieron seguir la reunión del Comité Consultivo del Consejo de Derechos Humanos de Naciones Unidas. Tras esta reunión los alumnos tuvieron la ocasión de participar en una sesión de preguntas y respuestas con Ignasi Grau (representante de OIDEL en Naciones Unidas y exalumno de Bell-lloc).

Por la tarde Alfred Fernández (Director General de OIDEL) realizó una sesión de trabajo sobre las condiciones y la importancia del diálogo. La sesión se basó en unos textos de Max Scheler y en los problemas actuales de Naciones Unidas. Tras la sesión los alumnos, aprovechando el buen tiempo, dieron una vuelta por los alrededores de Ginebra pasando por edificios emblemáticos como el Palais Wilson o la OMC. En palabras de los estudiantes, esta salida cultural sirvió para que los alumnos pudieran darse cuenta del impacto de las Naciones Unidas en el día a día de muchos ciudadanos.

 

Le sens du coup de pioche

Résultat de recherche d'images pour "saint exupéry"

Priver quelqu’un d’éducation signifie  le nier dans ce qu’il a de plus intime: son humanité, plus intime encore que la vie biologique. Cette dernière en effet n’est qu’un support, indispensable il est vrai, pour une vie authentiquement humaine. La vie biologique, tout en étant un bien précieux, peut être mise au service d’une idée jugée plus précieuse encore. Elle peut être sacrifiée à cette idée alors que mon identité culturelle ne peut, quant à elle, être au mise au service de rien, puisqu’elle est l’absolu que je suis, la raison qui me fait homme. Juvenal, le poète romain, a exprimé cela avec force: “Considère comme le plus grand des crimes de préférer sa propre vie à l’honneur, et pour l’amour de la vie physique, de perdre ses raisons de vivre” (Satires, VIII, 83-84).

Les raisons de vivre, voilà le cœur de l’éducation, le lieu originaire du sens, ce qui, au centre de toute culture, constitue le fondement de la quête humaine. Toute culture n’est, au fond, qu’une quête de sens, réalité sans laquelle la quête du bien-être matériel ou d’un standard de vie perdrait jusqu’à sa raison d’être. C’est là toute la différence entre avoir et être pour m’exprimer dans les termes consacrés par le philosophe français Gabriel Marcel.

“On a cru que, pour nous grandir, il suffisait de nous vêtir, de nous nourrir, de répondre à tous nos besoins disait Saint-Exupéry, [ mais en réalité ] nous voulons être délivrés. Celui qui donne un coup de pioche veut connaître un sens à son coup de pioche. Et le coup de pioche du bagnard n’est point le même que le coup de pioche du prospecteur qui grandit celui qui le donne” (Un sens à la vie, Gallimard, Paris, 1956, p. 177).

Alfred Fernandez