Du rôle de la société civile en education

education2030-2_0

La rentrée des classes 2016 est marquée au niveau mondial par le programme Education 2030, le nouveau cadre d’action pour l’éducation. Ce cadre accorde à la société civile un rôle essentiel : »Les organisations de la société civile … doivent être engagées et impliquées à tous les stades, depuis la planification jusqu’au suivi et à l’évaluation, et leur participation doit être institutionnalisée et garantie »

Nous sommes en face d’un changement complet d’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de la société civile et cela concerne également les pays européens. Or curieusement rien de cela ne figure dans l’agenda de nos ministres de l’éducation.

Selon Education 2030, la première fonction de la société civile est la mobilisation et la sensibilisation des citoyens pour encourager leur participation. La prestation de service figure ensuite parmi les tâches dévolues à la société civile notamment en ce qui concerne des approches innovantes et complémentaires. Enfin, la fonction de surveillance qui comprend: passer au crible les dépenses, veiller à la transparence des politiques et réaliser des évaluations. Toutes ces actions nécessitent une concertation structurée entre les pouvoirs publics et la société civile.

Mais pour que la société civile puisse  jouer ce rôle – exigeant et demandant de solides compétences – certaines conditions sont nécessaires. En premier lieu il faut des mécanismes de renforcement des capacités de la société civile souvent pas assez formée pour remplir la fonction qu’on lui confie.

En deuxième lieu, il faut un cadre juridique clair protégeant la liberté d’association et la liberté d’expression, indispensables pour exercer la fonction critique de passer au crible les dépenses et de veiller à ce que la gouvernance et la budgétisation dans le domaine de l’éducation soient transparentes.

Une condition préalable à ces deux premières est l’établissement d’une relation de confiance entre les pouvoirs publics et les citoyens. Cette confiance manque de façon générale en Europe, car le système éducatif a été conçu souvent pour construire l’Etat-nation, indépendamment des citoyens. Le PNUD l’a montré clairement dans son rapport sur les libertés culturelles de 2004. Cette confiance requiert une vraie subsidiarité des pouvoirs publics. Avant d’entreprendre une initiative politique, le Livre blanc sur la gouvernance européenne demandait de vérifier systématiquement: a) qu’une intervention des pouvoirs publics est réellement nécessaire; b) que l’action des pouvoirs publics est la plus adéquate

En Europe le débat sur l’école tel qu’on le perçoit dans l’opinion publique se focalise sur la radicalisation et la laïcité avec des accents plutôt répressifs, ce qui est exactement le contraire de la confiance, de la concertation et de la transparence.

(article paru dans la Tribune de Genève, le 31 août 2016)

Alfred Fernandez

Mecanismo de Expertos sobre los Derechos de los Pueblos Indígenas -Noveno período de sesiones

Actualmente existen más de 5000 pueblos indígenas en todo el mundo compuesto por un total de 370 millones de personas, que constituyen el 5% de la población mundial, distribuida entre más de 90 países.

Históricamente los pueblos indígenas se incluyen entre los sectores más pobres y desfavorecidos de la sociedad. A menudo tiene que soportar como su cultura y sus tradiciones no son respetadas, sus tierras son ocupadas, sus aguas contaminadas, son víctimas de numerosas actuaciones discriminatorias y sus Estados no llevan a cabo actuaciones judiciales al respecto. Para reivindicar el reconocimiento de sus derechos y libertades fundamentales, los pueblos indígenas recurren a las instancias internacionales y europeas.

El 29 de junio de 2006, el Consejo de los Derechos Humanos adoptó la Declaración de las Naciones Unidas sobre los Derechos de los Pueblos Indígenas. A pesar de no ser de obligado cumplimiento, supone un gran avance en el reconocimiento de sus derechos humanos. Derechos tan fundamentales como son el principio de no discriminación, el derecho a la libre determinación o derecho a manifestar sus tradiciones.

Del 11 al 15 de julio de 2016, el Mecanismo de Expertos sobre los Derechos de los Pueblos Indígenas inauguró su 9.º período de sesiones en Ginebra. Asistieron al periodo de sesiones, además de los miembros del Mecanismo de Expertos, representantes de Estados, de pueblos indígenas, organizaciones no gubernamentales, instituciones nacionales de derechos humanos e instituciones académicas.

El Mecanismo de Expertos celebró una sesión de información sobre el documento final de la Conferencia Mundial sobre los Pueblos Indígenas, y una sesión para debatir acerca de la participación de representantes e instituciones de los pueblos indígenas en las reuniones de los órganos competentes de las Naciones Unidas sobre los asuntos que les conciernen.

Después pasó a tratar sobre el seguimiento del estudio temático seguido de las opiniones de los panelistas. Se examinó su estudio sobre el derecho a la salud en la promoción y protección de los derechos de los pueblos indígenas. También celebraron debates sobre la promoción y protección de los derechos de las personas indígenas con discapacidad, entre ellos debates en torno a la Declaración de las Naciones Unidas, tales como, los derechos humanos de los Pueblos Indígenas en relación con las empresas y los objetivos de desarrollo sostenible.

Una de las cuestiones que han sido objeto de debate, hace referencia a los derechos humanos y libertades fundamentales de los indígenas que tienen algún tipo de discapacidad; reclaman el principio de no discriminación a las personas indígenas discapacitadas, una eliminación de las barreras que les impiden ejercer sus derechos, defendiendo que los servicios para ayudar a la personas con discapacidad sean ampliados y respeten la diversidad cultural de estos.

En este punto es necesario destacar el derecho a la educación, puesto que constituye uno de los principios fundamentales para los representantes del OIDEL, que aunque apenas se ha tratado en esta sesión, las organizaciones y Estados reclaman el derecho a tener una educación libre y de calidad que debe reflejar el valor de la cultura, las lenguas y las tradiciones de los pueblos. A todo ello, también queremos hacer referencia al estudio confeccionado por el Mecanismo de Expertos sobre el derecho de los pueblos indígenas a la educación (2008-2009).

Finalmente, y como ya es previsto en sesiones anteriores, el Mecanismo de Expertos aprobará las propuestas al Consejo de Derechos Humanos para su examen y aprobación, que se presentarán en su 33.º período de sesiones en septiembre de 2016. Concretamente, aprobará el estudio de seguimiento sobre el derecho a la salud y los pueblos indígenas centrado en los niños y los jóvenes (2015-2016); y el resumen final en que se recaba la opinión de los Estados y los pueblos indígenas acerca de las posibles estrategias para cumplir los objetivos de la Declaración de las Naciones Unidas sobre los Derechos de los Pueblos Indígenas.

Rivas Palacios, Andrea y Valdivieso Romero, Ingrid

The responsibility of states in the migration crisis

 Last 29th of June OIDEL attended to a side event at the UNOG about “Protection of Human Rights while adressing large movements of migrants and refugees”. There, two UN speakers and two civil society speakers gave their point of view about the worldwide refugees crisis. 

 

Next September will take place, at the UN headquarters in New York, a high-level meeting on refugees and migrants. Thus, it is the ideal moment to make a few reviews to see what is the situation like and what have we done so far to solve this humanitarian issue.

We are in front of the most important historical crisis of migration, with more than 66 million people being displaced internally and externally around the world. It is true that the convention of 1951 has saved many refugees till today, but new actions must be undertaken as soon as possible, due to the massive dimension of this crisis without precedents.  These actions cannot be individual actions anymore, as it is not a problem of an individual country but of the whole world.

The reason of this crisis is not just a reason of mobility; it is also a reason of capacity and competency in the protection of those leaving their homes, and obviously a crisis of values. All these millions of people leaving their lands are just leaving because remaining is not an option anymore if they want to be saved and have a future.  The obvious reaction of countries against this crisis should at least be compassion towards them.

However, we can see that there is a massive gap between this situation and the countries’ policies, especially in wealthy countries, that are directed in externalizing their responsibilities to others. Indeed, countries with human rights developed structures are not just made for helping migrants and refugees but rather for increasing barriers to avoid them from arriving;  this was recently seen in Europe through Turkey. Thus, the “humanitarian action” instead of being focused on helping migrants to arrive in order to save their lives, is being used to reduce the number of migrants arriving to their countries.

The consequences of those policies in wealthy countries are already happening, for instance:   patrols looking out in high seas in order to return migrants to their homes, an increase of xenophobia and discrimination in their civil society and a justification in poor countries to justify their abuses.

It is very difficult to see in these actions the compassion that humanity should have in front of these situations. Especially when we realize that while there are wealthy countries who think that 30 thousand refugees per country create a crisis in their countries, there are hundreds of thousands of refugees in Africa for whom no one cares.

Therefore, it is time to decide how we want to be remembered in the future. Next September it is a good opportunity to change the direction of our policies toward migrants and refugees; if not for ourselves, let’s do it for our children.

Pere Grau Callizo

imigrants

Forum on minority issues

El 8° Fórum de Minorías que tuvo lugar en el Palacio de Naciones en Ginebra del 24 al 25 de Noviembre. Este acto anual permitió a los participantes compartir experiencias y testimonios sobre las persistentes violaciones sobre las minorías con el objetivo de encontrar una solución.  El debate abierto contó con la experiencia de expertos, sociedad civil y las misiones diplomáticas.

 

room xx

Du 24 au 25 novembre 2015 a eu lieu le 8ème Forum on Minority Issues, au Palais des Nations de Genève. Ce Forum a vu une importante participation de la société civile, notamment des ONG qui ont pu témoigner sur leurs expériences ou thématiques de recherche. Les conférences ont débuté avec un discours de Flavia Pansieri, Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme, ainsi que d’une intervention du Rapporteur Spécial des minorités, Mme Izsak. Selon elle, les Etats doivent fournir des efforts au niveau de la justice et de la formation des fonctionnaires. En effet, il y a eu des violations dans l’exercice des pouvoirs de police et les minorités sont généralement mal représentées dans ce milieu. Elle a souligné aussi l’importance d’utilisation linguistique, qui peut représenter un obstacle ou source de discrimination. Ce Forum est donc pour elle l’occasion de partager les expériences afin de trouver des solutions à ces thématiques complexes.

Le Rapporteur spécial a invité de nombreux experts de différentes régions géographiques pour faire part des différents points de vue, comme ils représentaient autant des journalistes, des professeurs d’universités ou encore des ONG. Une intervention qui a particulièrement retenu notre attention est celle de Mme Belle-Antoine, présidente de l’IACHR. Sa présentation s’est portée sur les discriminations à l’encontre des Afro-Américains aux Etats-Unis. En effet, elle a examiné le lien existant entre le profilage racial et les arrestations engendrées. Les Américains d’ascendance africaine représentent par exemple 85% des arrestations de véhicules ; ils ont aussi vingt fois plus de risques d’être arrêtés et sont donc la majorité de la population carcérale.

Durant la discussion ouverte, de nombreux témoignages ont porté sur la communauté Yazidi, victimes de nombreuses tueries, violences et discriminations de la part de groupes terroristes. En outre, ce forum a également permis de mettre en avant des minorités moins connues du grand public, comme par exemple le cas des musulmans au Japon. Ils représentent environ 100’000 personnes et, selon cette source, ils subissent de multiples discriminations et sont en général beaucoup plus surveillés par les services de police, par le simple fait d’être musulman.

Les représentants des Etats ont également eu la possibilité d’intervenir, afin d’apporter des exemples d’actions dans leur pays en faveur des minorités. C’est le cas de la Géorgie qui a accès sa stratégie principalement sur l’éduction de la minorité Rom, afin de les insérer dans la société. La Colombie quant à elle a souligné l’importance de la multiculturalité dans son pays, qui reconnaît le droit à la diversité et a établi une juridiction ad hoc pour les autochtones.

Lors du second jour de conférences, d’autres témoignages intéressants ont été présentés. Par exemple, Mme Lam, du programme SOS-Esclave en Mauritanie, a exposé les cas d’esclavage encore actuels dans ce pays. Les victimes sont des personnes issues de minorités et les femmes sont plus particulièrement vulnérables. Ces victimes d’esclavage ne connaissent souvent pas leurs droits, faute d’éducation. Ces pratiques sont reconnues comme illégales, mais ne sont pas poursuivies en justice. Cette organisation tente de mettre un terme à ces violations. Cette intervention a suscité une réaction de la part de la représentante de la Mauritanie, qui a fait une motion d’ordre contre ce témoignage, le considérant dépourvu de fondements.

D’autres témoignages ont suivi ce débat animé, notamment des interventions qui ont fait part de discriminations à l’encontre de minorités en Iran. En effet, de tels cas ont lieu contre des Kurdes, des Arabes et autres minorités contre qui de sévères condamnations ont été prononcées, par exemple la peine de mort.

Le Rapporteur spécial, après avoir entendu tous ces témoignages, a émis des recommandations dans sa conclusion, comme l’attribution de bourses pour les minorités et leur inclusion dans le système judiciaire. Elle a également noté l’importance de l’éducation, autant l’école que la sphère familiale, afin d’apprendre à nos enfants à considérer les autres cultures et à accepter la différence. Le Président du Conseil a finalement souligné la nécessité de changements significatifs ; en effet, ceux-ci ne sont possibles que dans l’inclusion de tous les segments d’un Etat, y compris donc les minorités.

 

Flavio Leoni et Virginie Pache

Forum on Business and Human Rights

Du 16 au 18 novembre 2015 a eu lieu le Forum on Business and Human Rights au Palais des Nations à Genève. Durant ces trois jours de conférences, de nombreux thèmes autour des droits de l’homme dans les entreprises ont été abordés, comme par exemple la gouvernance globale, l’importance de la réparation pour les victimes des violations, ainsi que des solutions pour le futur.

From the 16th to the 18th November 2015, the Forum on Business and Human Rights took place at the Palais des Nations in Geneva. During these three days, many themes about the human rights in business have been discussed, like for example global governance, the importance of reparation for victims and also some solutions for the future.

Del 16 al 18 de Noviembre del 2015, el Forum on Bussiness and Human Right tuvo lugar en el Palacio de Naciones Unidas en Ginebra. Durante estos tres días, diversos temas relativos a derechos humanos y empresa fueron discutidos. A destacar la buena gobernanza, la importancia de la reparación de las víctimas y soluciones a las tendencias que se presentan en un futuro.

 

image
Opening high-level plenary at Assembly Hall
Sigue leyendo

Début de la 115ème session du Comité des droits de l’homme: Introduction et rapport sur la Grèce et Corée du Sud

20130103cnsbr13262

Este lunes 19 de octubre empezó el 115ª sesión del Comité de Derechos Humanos en Ginebra con el objetivo de analizar los derechos políticos y civiles de ciertos estados miembros. En este artículo se trata lo tratado relativo a Corea del Sur, especialmente relativo a la violencia de la policía y del ejército. Igualmente se han debatido sobre la situación de estos derechos en Grecia, con un enfoque especial primeramente a la crisis migratoria y a la crisis financiera, y en segundo lugar al acceso a la educación de los niños discapacitados y los niños gitanos, y sobre la discriminación racial.

Le lundi 19 octobre 2015 a débuté la 115ème session du Comité des Droits de l’Homme, au Palais Wilson à Genève. Le Comité a pour but d’examiner la situation des droits civils et politiques des états membres. Cette 115ème session analyse dans le concret les rapports sur la Grèce, San Marin, l’Autriche, le Suriname et la Corée du Sud. Une attention particulière est dédiée à la lutte contre la discrimination et le thème très actuel de la crise migratoire. En effet, ce dernier est un des deux problèmes principaux qui concernent la Grèce en ce moment. Plus de 250 milles personnes sont arrivées en Grèce entre les mois de juillet et août. La délégation grecque a souligné qu’il était très difficile d’y faire face, notamment du point de vue financier. Ce qui se relie au deuxième problème principal qui est celui de la crise économique et de son impact sur l’exercice des droits de l’homme.

Comme annoncé précédemment, la Corée du Sud a aussi été sujet d’examen. Ici, l’attention était portée sur les progrès restants dans les droits civils et politiques, surtout en ce qui concerne l’usage de la violence de la part de la police et des militaires, une violence dans la gestion du pays qui préoccupe la Communauté Internationale. Un témoin de ces persécutions était présent pour raconter la discrimination dont il a été l’objet de par son choix d’objection de conscience vis-à-vis du service militaire.

La contribution des ONG a été importante en fournissant des cas précis de violations des droits civils et politiques, autant pour la Grèce que la Corée du Sud.

Pour ce qui est de l’éducation, nous avons noté pour la Grèce une discrimination envers les enfants rom pour leur présence dans les écoles. Un autre problème dans l’éducation en Grèce se situe dans l’accès des enfants handicapés, surtout en ce qui concerne leur transport. En Corée du Sud en revanche l’attention s’est portée sur l’opposition envers des manuels scolaires qui idéalisaient certains aspects de leur passé dictatorial.

Suite à ces remarques introductives, le Comité a examiné le deuxième rapport périodique de la Grèce.  Les membres du Comité ont eu l’occasion d’adresser de nombreuses remarques et questions à la délégation grecque. Premièrement c’est la crise économique qui a été citée, notant un taux de chômage préoccupant, surtout pour les jeunes (52%), et donc son impact sur la réalisation des droits de l’homme. La crise migratoire a ensuite de nouveau été discutée ; une crise d’une telle importance qu’il est impossible de la résoudre par une intervention nationale, selon la délégation grecque, mais plutôt par une action internationale. La problématique des enfants handicapés est aussi une grande préoccupation en Grèce, car seuls 14% d’entre eux ont la possibilité d’aller à l’école. Cette donnée, comme a précisé la délégation, reste approximative étant donné qu’aucune base de données précise n’existe pour le moment, ce qui est également une lacune. En Grèce, de par l’accumulation de problèmes liés à la crise financière, migratoire et du marché du travail, il subsiste aussi un phénomène de violence sociale et des discours de haine, véhiculés entre autre par des médias, hommes politiques et religieux. Pour contrer cela, l’éducation joue donc un rôle important selon le chef de délégation, dans la promotion d’un message de tolérance.
Ensuite, dans la discussion sur la minorité rom en Grèce, l’importance de l’éducation des enfants rom a été débattue. En effet, il y a eu de nombreux cas de préjugés et d’exclusion pendant leur scolarisation ; pour cela, le gouvernement a syrian_refugees2tenté de mettre en place plusieurs projets dans tout le pays afin de garantir l’accès à l’éducation. Par exemple, une circulaire a été créée depuis 2008 qui rappelle l’obligation d’inscrire les enfants à l’école primaire. Malgré cela, nous notons un changement surprenant dans le nombre d’inscription d’enfants rom du primaire au secondaire : ils sont presque 13 500 au primaire contre seulement 2 600 au secondaire.

Enfin, un dernier important sujet a été traité : il s’agit de la condition des migrants, en particulier des mineurs non
accompagnés. Selon les délégués grecs il s’agit en effet du groupe le plus vulnérable. Récemment, le gouvernement grec a mis en place un centre d’accueil qui leur fournit une aide sanitaire, psychologique, ainsi que la mise à disposition de vêtements et nourriture. On leur informe aussi de leurs droits et essaye de retrouver des membres de leur famille. Tout cela est effectué grâce en autre à l’aide précieuse des ONG. Toutefois, ces services manquent d’effectif et de fond. Les cas de rapatriement se déroulent selon des normes précises, en accord avec le droit international, en garantissant que leur vie ne soit pas mise en danger une fois de retour dans leur pays.

Virginie Pache et Flavio Leoni