Forum on minority issues

El 8° Fórum de Minorías que tuvo lugar en el Palacio de Naciones en Ginebra del 24 al 25 de Noviembre. Este acto anual permitió a los participantes compartir experiencias y testimonios sobre las persistentes violaciones sobre las minorías con el objetivo de encontrar una solución.  El debate abierto contó con la experiencia de expertos, sociedad civil y las misiones diplomáticas.

 

room xx

Du 24 au 25 novembre 2015 a eu lieu le 8ème Forum on Minority Issues, au Palais des Nations de Genève. Ce Forum a vu une importante participation de la société civile, notamment des ONG qui ont pu témoigner sur leurs expériences ou thématiques de recherche. Les conférences ont débuté avec un discours de Flavia Pansieri, Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme, ainsi que d’une intervention du Rapporteur Spécial des minorités, Mme Izsak. Selon elle, les Etats doivent fournir des efforts au niveau de la justice et de la formation des fonctionnaires. En effet, il y a eu des violations dans l’exercice des pouvoirs de police et les minorités sont généralement mal représentées dans ce milieu. Elle a souligné aussi l’importance d’utilisation linguistique, qui peut représenter un obstacle ou source de discrimination. Ce Forum est donc pour elle l’occasion de partager les expériences afin de trouver des solutions à ces thématiques complexes.

Le Rapporteur spécial a invité de nombreux experts de différentes régions géographiques pour faire part des différents points de vue, comme ils représentaient autant des journalistes, des professeurs d’universités ou encore des ONG. Une intervention qui a particulièrement retenu notre attention est celle de Mme Belle-Antoine, présidente de l’IACHR. Sa présentation s’est portée sur les discriminations à l’encontre des Afro-Américains aux Etats-Unis. En effet, elle a examiné le lien existant entre le profilage racial et les arrestations engendrées. Les Américains d’ascendance africaine représentent par exemple 85% des arrestations de véhicules ; ils ont aussi vingt fois plus de risques d’être arrêtés et sont donc la majorité de la population carcérale.

Durant la discussion ouverte, de nombreux témoignages ont porté sur la communauté Yazidi, victimes de nombreuses tueries, violences et discriminations de la part de groupes terroristes. En outre, ce forum a également permis de mettre en avant des minorités moins connues du grand public, comme par exemple le cas des musulmans au Japon. Ils représentent environ 100’000 personnes et, selon cette source, ils subissent de multiples discriminations et sont en général beaucoup plus surveillés par les services de police, par le simple fait d’être musulman.

Les représentants des Etats ont également eu la possibilité d’intervenir, afin d’apporter des exemples d’actions dans leur pays en faveur des minorités. C’est le cas de la Géorgie qui a accès sa stratégie principalement sur l’éduction de la minorité Rom, afin de les insérer dans la société. La Colombie quant à elle a souligné l’importance de la multiculturalité dans son pays, qui reconnaît le droit à la diversité et a établi une juridiction ad hoc pour les autochtones.

Lors du second jour de conférences, d’autres témoignages intéressants ont été présentés. Par exemple, Mme Lam, du programme SOS-Esclave en Mauritanie, a exposé les cas d’esclavage encore actuels dans ce pays. Les victimes sont des personnes issues de minorités et les femmes sont plus particulièrement vulnérables. Ces victimes d’esclavage ne connaissent souvent pas leurs droits, faute d’éducation. Ces pratiques sont reconnues comme illégales, mais ne sont pas poursuivies en justice. Cette organisation tente de mettre un terme à ces violations. Cette intervention a suscité une réaction de la part de la représentante de la Mauritanie, qui a fait une motion d’ordre contre ce témoignage, le considérant dépourvu de fondements.

D’autres témoignages ont suivi ce débat animé, notamment des interventions qui ont fait part de discriminations à l’encontre de minorités en Iran. En effet, de tels cas ont lieu contre des Kurdes, des Arabes et autres minorités contre qui de sévères condamnations ont été prononcées, par exemple la peine de mort.

Le Rapporteur spécial, après avoir entendu tous ces témoignages, a émis des recommandations dans sa conclusion, comme l’attribution de bourses pour les minorités et leur inclusion dans le système judiciaire. Elle a également noté l’importance de l’éducation, autant l’école que la sphère familiale, afin d’apprendre à nos enfants à considérer les autres cultures et à accepter la différence. Le Président du Conseil a finalement souligné la nécessité de changements significatifs ; en effet, ceux-ci ne sont possibles que dans l’inclusion de tous les segments d’un Etat, y compris donc les minorités.

 

Flavio Leoni et Virginie Pache

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s